Chrétiens persécutés au Kosovo

Chrétiens persécutés au Kosovo
Jeudi 21/04/2011 :: Communiqué

Réponse au courrier du général Marcel Valentin  (N°3878 – Hebdo « Valeurs actuelles » 22 au 30 mars 2011) paru dans "Valeurs actuelles" N°3881.

"Contrairement à ce qu’affirmait le général Marcel Valentin dans son courrier (VA n° 3878), les violences commises depuis plus de dix ans envers les minorités chrétiennes du Kosovo prennent bien leur source dans une haine religieuse et ethnique. Depuis 1999, ce sont plus de 150 églises et monastères qui ont été rasés, tandis que, sur la même période, plus de 400 mosquées de type wahhabite - essentiellement financées par les pays arabes - sortaient de terre.

S’il existe des musulmans albanais modérés et respectant les minorités religieuses voisines, il n’en est pas moins vrai que les chrétiens sont persécutés à raison de leur croyance par des musulmans radicaux, dans l’indifférence générale – voire avec l’approbation silencieuse de la majorité musulmane du Kosovo.

Par rapport aux orthodoxes serbes, les catholiques albanais subissent aujourd’hui des pressions moindres, en raison de leur appartenance au peuple albanais. Pour autant, autrefois entièrement chrétienne (catholique et orthodoxe) la population albanaise non musulmane ne représente plus, en 2011, que 2% des habitants du Kosovo. La construction d’une cathédrale catholique à Pristina (au centre Est du Kosovo, zone où ne vivent que peu de catholiques) ne relève pas d’une prétendue tolérance mais plutôt d’un acte politique mené en direction de la communauté internationale. Au quotidien, toute personne ayant vécu au Kosovo sait qu’ils subissent la dhimmitude.

Les chrétiens serbes, eux, n’ont ni la bonne religion, ni la bonne ethnie. Ils subissent donc de plein fouet les pogroms et la haine au point d’être quasiment éradiqués de leur terre. Nous pouvons craindre que leur sort soit encore bien pire que celui qui a touché les catholiques albanais, puisque leur vie même est en jeu. Sinon, à quoi serviraient les barrages de la Kfor à l’entrée de chaque enclave serbe ?

Marion Chevtzoff, Présidente de « Solidarité Kosovo » "