Photo de la salle d'accouchement

Des maternités à bout de souffle

Adorable bébé joufflu, Marko a pourtant failli ne jamais naître.

Un soir, au mois de février, le mari de Jelena, Milos, l’emmène en urgence au dispensaire médical de Pasjane en raison de douleurs extrêmement vives qui la pliait en deux.

Inquiétude supplémentaire, les douleurs étaient accompagnées de saignements abondants. Vous l’avez compris, elle était alors enceinte de six mois.

Irina, l’infirmière de garde cette nuit-là, a immédiatement pris les choses en main, dirigeant Jelena vers une salle de soin. Dans cette pièce austère et vieillotte, éclairée par un néon blanc fixé au plafond, se trouve l’unique échographe des environs.

Vestige de l’ère communiste, l’échographe de Pasjane ne fonctionne plus que par miracle.

Ce soir-là, Jelena et Milos ont eu de la chance. L’examen échographique a permis de déceler un amas de sang situé à l’arrière du placenta. Grâce aux clichés pris par l’infirmière, le diagnostic du gynécologue, arrivé en hâte quelques minutes plus tard, a été formel. Il s’agissait bien d’un hématome rétro placentaire.

Cette complication très grave de la grossesse relève de l’urgence médicale et représentait un danger tant pour Jelena que pour son bébé. Sans l’échographe pour déterminer en temps réel la cause des pertes de sang, le courage et l’intuition du médecin et de l’infirmière n’auraient pas suffi.

Plus que vétuste, le matériel des antennes médicales serbes du Kosovo est complètement archaïque.

Entre les années de guerre et l’oppression albanaise qui perdure, la pauvreté maintient le domaine de la santé dans un état d’obsolescence et de sous-équipement effrayant. Je pense que vous pouvez

imaginer sans peine ce qu’il en est.

Dans l’enclave de Pasjane comme ailleurs au Kosovo, le personnel de santé des dispensaires et des trop rares hôpitaux s’efforcent chaque jour de soigner des dizaines de patients avec des moyens plus que limités. Pour le coup, on peut vraiment parler de « désert médical » !

Dans ce système de santé défaillant, les besoins sont nombreux. Au cours de ces trois dernières années, Solidarité Kosovo a multiplié les opérations en faveur de la réhabilitation des structures

médicales chrétiennes.

Vous vous souvenez certainement de l’achat d’équipements neufs pour les deux principales maternités de la région financé en 2015 ou encore de l’ambulance offerte à l’enclave montagnarde

d’Osojane en 2016.

En tout, cinq chantiers ont pu être menés à bien grâce à votre fidèle concours.

L'échographe en fin de vie de la maternité de Pasjane
L’échographe de la maternité de Pasjane

Aujourd’hui, ce sont les patients de Pasjane et de Gracanica qui ont besoin de notre aide. À Pasjane, l’échographe qui a sauvé la vie du petit Marko est totalement usé. Il est indispensable de le remplacer au plus vite.

À Gracanica, les agriculteurs sont nombreux et ils sont particulièrement exposés aux accidents liés à leur activité (chutes, risques liés à la manipulation d’outils et d’engins agricoles…).

Les fractures, entorses et autres lésions articulaires sont des pathologies particulièrement fréquentes. C’est pourquoi il est impératif de disposer d’un matériel de diagnostic fiable et fonctionnel afin de soigner immédiatement les patients. Malheureusement, le vieil appareil, moult fois rafistolé, qui permettait de développer les films radiologiques et de détecter ces lésions, a rendu l’âme cet hiver.

Avec l’autosuffisance alimentaire et l’éducation, Solidarité Kosovo fait de la santé l’un de ses axes privilégiés d’action.

Nous avons ainsi besoin de 30 000 € pour financer l’achat de deux machines :

• À Gracanica, une imprimante pour films radiologiques (12 000 €) pour remplacer l’actuelle, hors service et irréparable ;

• À Pasjane, un nouvel échographe (18 000 €) qui servira à la fois au suivi des grossesses, à la place de l’échographe actuel mais également pour les échographies des autres membres.

Offrir du matériel médical neuf aux dispensaires des enclaves serbes du Kosovo sauve des vies.

Vous l’avez compris en lisant l’histoire de Jelena, remplacer les appareils désuets est une nécessitéd’ordre vital. En 2018, en Europe, nous ne pouvons pas permettre que des gens meurent parce qu’ils n’ont pas accès à un outil médical essentiel.

Je compte sur votre soutien !

Découvrez l’actualité de la mission

Sélectionnez le mode de paiement
Informations personnelles

Total du don : 10,00€ Monthly