Les bénévoles italiens ont quitté le Kosovo pour Turin : le récit de leur premier séjour humanitaire

Les bénévoles italiens ont quitté le Kosovo pour Turin : le récit de leur premier séjour humanitaire
Vendredi 26/04/2013 :: Communiqué

La semaine dernière un convoi chargé de 25m3 d'aide humanitaire avait quitté Turin pour le Kosovo. Après plus d’une semaine de distribution dans les enclaves chrétiennes de la province, le succès de l'expédition menée aux côtés de Solidarité-Kosovo a largement dépassé les espérances des bénévoles italiens.

« Nous sommes arrivés avec  des cartons remplis d’aide humanitaire et de matériel scolaire : des cahiers, des crayons… Nous repartons avec ce soleil que les enfants serbes ont dessiné dans nos cœurs. Ce séjour nous a offert une véritable leçon de vie : comment des hommes et des femmes par amour pour leur terre bravent une existence des plus difficiles » raconte le turinois Allesandro.

Tout au long du séjour humanitaire, les distributions humanitaires se sont enchaînées d’une enclave à l’autre, dans les régions de Kosovsko Pomoravlje et de Gracanica en passant par la Métochie et le nord du Kosovo. En tout, neufs enclaves et sept écoles ont reçu la visite des bénévoles franco-italiens.

« Je garderai longtemps le souvenir de ces enfants que nous avons rencontrés… Dans le village de Paralovo, lorsque les écoliers nous attendaient sagement tous alignés sur le perron de leur école puis à Slivovo, lorsque nous sommes rentrés dans cette école qui ne comptait plus que 6 élèves. Le poème sur l’amour de la patrie que l’écolière nous avait alors récité en guise de bienvenue résonne encore dans mon esprit… Et que dire de ces enfants du village de Gusterica, qui se sont précipités à la fenêtre de leur classe pour nous accueillir avec sourires et éclats de rire… Ces instants de vie au Kosovo, ces visages d’enfants sont des témoignages pudiques et intenses dont nous sommes devenus les relais », se confie Ezio.

Le séjour humanitaire des Turinois fut également l’occasion de découvrir le patrimoine culturel orthodoxe de la province lors d’une halte aux monastères de Gracanica et de Visoki Decani. La visite monastère de Draganac s’est même prolongée par une participation de toute l’équipe aux travaux de rénovation en cours. A la grande surprise des bénévoles italiens, les conversations avec les moines furent facilitées par leur excellente maitrise de la langue italienne. Cela pouvant s’expliquer du fait de la présence des militaires italiens assurant la protection de certains monastères depuis les pogroms anti-chrétiens de 2004.

« Nos peuples, serbe, français et italien, sont liés par une amitié fraternelle. Je l’ai ressenti dans tous nos échanges avec la population locale. L’accueil qui nous a été réservé est digne de celui d’un frère qui revient au pays. Le verre de l’amitié que nous avons partagé lors de la visite des caves à vin du monsatère de Visoki Decani dans l’enclave de Velika Hoca a consacré cette entente. J’ai savouré ce moment pour autant simple et si symbolique, c’était magnifique » se rappelle Guiseppe.

Les bénévoles sont rentrés ce matin dans leurs familles en Italie.

« Nous avons à cœur de transmettre ce que nous avons vu tout au long de cette immersion dans les enclaves serbes du Kosovo, à travers nos récits, nos photos. C’est un pas de plus que nous franchissons aux côtés de Solidarité-Kosovo » désormais représentée en Italie. Solidarité-Kosovo signe ainsi sa présence dans un troisième pays d’Europe, après la France et l’Espagne.